Emmanuelle Klinka

Des danses macabres au grotesque : expressions de l'Espagne médiévale

Lire ce document Page de ce document
Résumé :
International audience
Le passage de vie à trépas, le mystère eschatologique, la quête de sens qui en résulte, constituent certaines des préoccupations majeures de la société médiévale : autant d'éléments qui ont été inclus dans les pratiques sociales, qu'elles soient profanes ou liturgiques, et ont donné lieu à des manifestations culturelles et artistiques. Cette étude s'attachera à découvrir le message porté par la fresque du couvent Saint-François de Morella qui montre un ensemble historié comprenant une danse macabre. La mise en lien avec d'autres manifestations, festives et populaires comme le Carnaval, ou cultes, telles les Stances sur la mort de son père de Jorge Manrique, permet de mettre en lumière la complexité du contexte idéologique de l'époque. Ainsi, toute empreinte de la nouvelle sensibilité humaniste, la fresque de Saint-François de Morella témoigne des croyances et des mentalités du début du XV e siècle en Pays Valencien et, plus généralement, en Espagne. Mots-clefs : Espagne médiévale, humanisme médiéval, carnaval, danse macabre, Dit des trois morts et des trois vifs, ars moriendi, Saint-François de Morella, Livre de Bon Amour, Juan del Encina, Stances sur la mort de son père.
Type de document : Journal articles

Citer ce document

Emmanuelle Klinka, " Des danses macabres au grotesque : expressions de l'Espagne médiévale", paru dans "Revue (In)Disciplines", Textes en intégralité, URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01990535