Alfred Hitchcock, l’obsession du double

Jacques Lefebvre

Lire ce document
Abstract :
Nombreux sont ceux qui ne voyaient en Alfred Hitchcock que l’amuseur, le « maître du suspense ». Mais, comme le soulignèrent les jeunes critiques français des Cahiers du Cinéma, c’était un auteur à part entière, un artiste qui maîtrisait totalement son art. L’image du bourgeois bien conforme n’était qu’une illusion tant il était torturé par ses propres angoisses et ses obsessions. Il a inventé un genre binaire où la figure du double joue un rôle prééminent que cela soit dans des comédies policières légères ou dans de terrifiants « thrillers ». Le mal rôde dans ses films et le méchant peut s’avérer être aussi séduisant que le héros apparemment innocent. Les doubles abondent dans un monde où l’on sent l’influence conjuguée d’Edgar Allan Poe et de l’expressionnisme. En fait, Hitchcock oblige le spectateur à se confronter à sa propre dualité et à reconnaître les forces du mal qui l’habitent.
To many, Alfred Hitchcock was the arch-entertainer, the “master of suspense”; but, as the young French critics of the Cahiers du Cinéma pointed out, he was an “auteur”;, an artist who was in full command of his art. As a person, he was most complex and there were many dark sides to his character. The image of the bourgeois gentleman was an illusion beleaguered as he was by his own anxieties and obsessions. He invented a binary art form where the motif of the double played an essential part whether it be in light-hearted comedies or in terrifying thrillers. Evil lurks in his films and the villain may be as attractive as the apparently innocent hero. Doubles abound in a world that is highly influenced by Edgar Allan Poe and the expressionist movement. Somehow, Hitchcock forces the spectator to confront his own duality and recognize the dark forces within him.
Published : 2008-02-16

Citation

Jacques Lefebvre, « Alfred Hitchcock, l’obsession du double », Cycnos, 2008-02-16. URL : http://epi-revel.univ-cotedazur.fr/publication/item/604