L'ambiguïté syntaxique chez Audre Lorde et ses enjeux pour la traduction

Ellen Rothnie

Page de l'archive
Abstract :
International audience
Je propose d'aborder un enjeu qui frappe immanquablement quand on s'initie à la poésie de Lorde, et qui revient très fréquemment dans notre travail de traduction et transformation de ses poèmes:comment traduit-on lorsqu'on rencontre des problèmes de traduction, plus précisément, une syntaxe double, ou ambiguë, chez la poète ? Je cite un exemple du poème "October", dans Undersong où le blanc devant "still" crée deux possibilités de sens nettement différents: "Do not let me die still / needing to be stranger".Je m'appuie sur la définition d'un problème de traduction proposée par Newmark (1991 : 126). Il s'agit d'un problème là où la traduction littérale échoue, où un processus minimal ne suffit pas et où les traductrices doivent prendre des décisions et envisager des procédures obliques. Dans notre cas, celles-ci ont été guidées par notre perception et la façon dont nous ressentons les poèmes de Lorde, ce qui passe par la lecture, la relecture, la discussion et enfin une connaissance intime de son oeuvre. Puisque les exemples sont indispensables afin d'explorer ce phénomène, l'approche choisie pour m'y prendre sera de commenter trois poèmes de Lorde qui me sont particulièrement chers, à savoir :1. Second Spring, The First Cities (1968), repris dans Coal.2. Teacher, From A Land Where Other People Live (1973), repris dans Undersong.3. To My Daughter, The Junkie On A Train, New York Headshop and Museum (1974) repriségalement dans Undersong.Une présentation de notre méthode travail en collectif s'impose : je pense notamment à la façon dont on fait entendre les différentes sensations et interprétations, et les désaccords éventuels, entre les sept traductrices pour arriver à une traduction qui sonne et qui coule en français. Même si en anglais Lorde permet au lecteur de faire, d'un seul mot, ou d'un vers, plusieurs associations syntaxiques à d'autres, parfois dans la traduction française il a fallu trancher, et donc accepter la disparition de certaines nuances de sens. En revanche, grâce aux particularités de la langue française, en transformant le poème, on a également réussi à mettre certains aspects fondamentaux en relief. En tant que maitre de langue, je m'intéresse beaucoup aux possibles applications pédagogiques que cet enjeu peut apporter, mais je comprends qu'il n'y a pas le temps de tout faire.Newmark, P. (1991) About translation. Multilingual Matters.
Published : 2023-04-27
Document Type : Conference papers

Citation

Ellen Rothnie, « L'ambiguïté syntaxique chez Audre Lorde et ses enjeux pour la traduction », Audre Lorde, 2023-04-27. URL : https://hal.science/hal-04075709