Les maisons végétales de Manille au XIXe siècle

Xavier Huetz de Lemps

Lire ce document Page de l'archive
Abstract :
International audience
In a city faced with major natural hazards, the question of the cohabitation of indigenous vegetal houses and colonial masonry buildings occupied a central place in the history of 19th century Manila. This contribution synthesizes the author's previous and recent publications on the gradual marginalization of the nipa huts (casas de caña y nipa) within the city. After presenting this type of architecture, I successively analyse the increasingly negative representations of the colonial powers towards vernacular architecture, the expulsion of the nipa huts from the centre and the socio-ethnic consequences of this municipal planning policy, before concluding on the emergence of new types of precarious and degraded housing.
Dans une ville confrontée à des aléas naturels majeurs, la question de la cohabitation des maisons végétales autochtones et des édifices coloniaux de maçonnerie occupa une place centrale dans l’histoire de Manille au XIXe siècle. Cette contribution fait la synthèse des travaux de l’auteur, anciens et récents, sur la marginalisation progressive des paillotes, les casas de caña y nipa, au sein de l’agglomération. Après avoir présenté ce type d’architecture, j’analyse tour à tour les représentations de plus en plus négatives des pouvoirs coloniaux à l’égard de l’architecture vernaculaire, l’expulsion des paillotes du centre et les conséquences socio-ethniques de cette politique municipale, avant de conclure sur l’apparition de nouveaux types d’habitat précaire et dégradé.
Published : 2023
Document Type : Journal articles

Citation

Xavier Huetz de Lemps, « Les maisons végétales de Manille au XIXe siècle », Habiter, 2023. URL : https://hal.science/hal-03990042