Les pionniers et les pionnières de la migration française au Mexique au lendemain de l’indépendance (1820-1850)

Arnaud Bartolomei

Abstract :
National audience
L’accession des républiques latino-américaines à l’indépendance, au début des années 1820, signifia l’ouverture du continent pour des milliers de migrants européens qui en avaient été tenus à l’écart durant les trois siècles que dura la domination espagnole. Ainsi, dès son indépendance et bien avant le déferlement de la vague migratoire provenant de la vallée de l’Ubaye dans la seconde moitié du XIXe siècle, le Mexique constitua un exécutoire pour des milliers d’émigrants français. Probablement une dizaine de milliers d’entre eux, provenant de toutes les régions françaises s’y installèrent entre 1821 et 1849. S’il paraît évident que leur motivation première était la recherche de l’enrichissement et d’une ascension sociale à laquelle ils ne pouvaient prétendre en Europe, on connaît mal en revanche les conditions dans lesquelles ils purent organiser leur installation dans ce qui demeurait, pour la majeure partie des Européens, une terra incognita – et qui le demeura dans une large mesure jusqu’à ce que des relations diplomatiques bilatérales entre le pays et ses partenaires européens ne s’établissent dans la seconde moitié des années 1820 et que le déploiement de part et d’autre de l’Atlantique, de réseaux consulaires n’offrent un premier support institutionnel aux candidats à la migration.Dans un premier temps, ma contribution propose de croiser les résultats du recensement consulaire dressé par les autorités françaises en 1849 (et déjà analysés dans un article de Jean Meyer en 1969), ceux d’un recensement municipal effectué à Mexico en 1841 et le très riche fond des archives du consulat français de la ville, pour brosser un premier portrait-type des pionniers et des pionnières de la migration française au Mexique. A plus long terme cependant, la recherche prévoit d’être enrichi d’un travail de recherche sur les supports institutionnels (consulats, chambres de commerce) et informationnels (presse, littérature) dont purent bénéficier ces premiers migrants qui s’expatrièrent en dehors de toute filière migratoire bien établie.
Published : 2022-12-16
Document Type : Conference papers
Affiliation : Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine (CMMC) ; Université Nice Sophia Antipolis (1965 - 2019) (UNS) ; COMUE Université Côte d'Azur (2015-2019) (COMUE UCA)-COMUE Université Côte d'Azur (2015-2019) (COMUE UCA)-Université Côte d'Azur (UCA)
Source : hal-03971148

Citation

Arnaud Bartolomei, « Les pionniers et les pionnières de la migration française au Mexique au lendemain de l’indépendance (1820-1850) », Pionnières et pionniers des migrations globales (XVIIIe-XXIe siècle), 2022-12-16. URL : https://hal.science/hal-03971148