De la sensualité de confortation à la sensualité de confrontation

Lionel Raufast

Lire ce document Page de l'archive
Abstract :
National audience
Il s’agit ici de poser la question de la caractérisation psychanalytique de la sensualité. Nous verrons que, chez Freud, la question n’est pas sans difficultés. Les dernières pages du sur la prise de possession du feu nous fournissent pourtant un embryon de piste sur laquelle cet article propose de cheminer un moment pour voir jusqu’où cela nous mène. La sensualité est bien un concept psychanalytique. Il a pourtant été développé essentiellement dans le cadre des logiques contenantes de la confortation narcissique. La question du désir, chevillée au désir de l’Autre reste en plan. C’est ce contre jour aux théories de la contenance que ce présent travail tente d’ébaucher. La vectorisation de la sensualité du côté du désir peut prendre appui sur un auteur trop peu connu : Theodor Reik. La mise en perspective, un peu hérétique je l’avoue, de ses propositions avec celles de P. Aulagnier concernant le pictogramme pourrait constituer une base solide pour penser, à la suite de Freud, la sensualité de confrontation en psychanalyse. Elle n’est pas la seule. Elle est encore ouverte. Il faut bien commencer par quelque part…
Published : 2010-04
Document Type : Journal articles

Citation

Lionel Raufast, « De la sensualité de confortation à la sensualité de confrontation », Oxymoron, 2010-04. URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03644987