Hommage à Paul Tavernier

Jean-François Guilhaudis

Page de l'archive
Abstract :
PSEI | Numéro 17
Paul Tavernier, membre du Conseil scientifique de PSEI, nous a quittés le 11 janvier, à l’approche de ses 81 ans. Professeur à Sceaux (Paris XI), de 1995 à sa retraite en 2008, après avoir enseigné aussi à Alger (1969-1971), Grenoble (1971-1975 et 1983-1989), Paris II (1975-1980) et Rouen (1989-1995), il a été l’un des juristes internationalistes importants des dernières décennies. Très attaché à la SFDI – il fut un temps membre de son Conseil –, il était aussi un des piliers de l’Annuaire français de droit international, où il a tenu la chronique « L’année des Nations-unies » pendant cinquante ans (1964-2014). Ayant une remarquable connaissance de l’Organisation mondiale et de ses activités, il avait publié notamment un Que sais-je ? sur Les Casques bleus en 1996 et était la cheville ouvrière de la rédaction de la Charte des Nations unies. Commentaire article par article (sous la direction d’A. Pellet et J.P. Cot, Economica, 1985). Les Mélanges intitulés L’homme dans la société internationale (Bruylant, 2013) qui l’ont justement honoré, donnent une liste, à cette date, de ses très nombreuses publications. Leur titre désigne aussi ce qui a été au cœur de ses travaux – les droits de l’homme et le droit humanitaire. Paul Tavernier avait fondé à Rouen, en 1990, le Centre de recherches et d’études sur les droits de l’homme et le droit humanitaire (CREDHO), qu’il a dirigé dans cette ville jusqu’en 2000, puis à Paris sud. Le nombre de ses travaux dans ce vaste champ est très considérable, beaucoup d’articles et contributions et des ouvrages qu’il a codirigés – il avait réussi à constituer un vaste réseau de coopérations ou le CICR tenait une place de choix – et, pour certains, publiés dans une collection du CREDHO, chez Bruylant, par exemple, avec Abdelwahab Biad, Le droit international humanitaire face aux défis du XXIe siècle, le n° 19 de cette collection, en 2012. Paul Tavernier était au sens plein du terme un enseignant-chercheur. Pour l’auteur de ces lignes, il était aussi un ami de cinquante ans. Lorsque je l’ai rencontré, après son arrivée à Grenoble, Paul était d’une extrême timidité. Cela ne lui facilitait pas les contacts avec les collègues, mais n’a pas empêché que nous ayons vite de très bonnes relations. Le goût de l’international, le fait que nous ayons tous les deux enseigné en Algérie, notre intérêt commun pour la Méditerranée et le Dauphiné et ses montagnes, nous rapprochaient. Paul a contribué aux travaux du CEDSI que je venais de fonder et à la revue Arès, pendant plus d’une dizaine d’années. Après son départ à Rouen et la création du CREDHO, cette coopération a cessé – il était trop occupé avec le CREDHO. Mais nous avons continué à nous voir régulièrement. Quand, avec son épouse Mireille, ils ont eu acheté leur maison de La Bauche, en bordure du massif de la Chartreuse, s’est instauré entre nous un rituel. Chaque année, outre des rencontres occasionnelles à Paris, nous nous retrouvions en septembre, pour une balade, une visite, plus rarement un restaurant, dans nos montagnes. Après le décès de Mireille, qui avait beaucoup affecté Paul, cela a continué, dans le Trièves, le Vercors et encore en Chartreuse, jusqu’à ce que sa santé ne lui permette plus de venir. Nous nous sommes vus une dernière fois à Paris en mai 2019, puis il y a eu le Covid et le téléphone. Paul avait accepté de faire partie de notre Conseil scientifique. J’espérais une contribution de sa part ; mais PSEI est venu trop tard. Au début il avait encore trop de travail en cours, puis plus assez de force. Ainsi vont les choses humaines. Le professeur austère s’en est allé. Restent pour tous ceux qui tiennent aux droits de l’homme, pour un temps, une œuvre écrite importante et, pour les amis, un geste, une parole, une attitude qui, un instant, font revenir le disparu. Pour moi, il s’agit d’un sourire, franc, lumineux, comme étonné d’être si épanoui !
Published : 2022-02-28
Document Type : Other publications
Affiliation : Centre d'études sur la sécurité internationale et les coopérations européennes (CESICE) ; Université Grenoble Alpes (UGA)-Sciences Po Grenoble - Institut d'études politiques de Grenoble (IEPG) ; Université Grenoble Alpes (UGA)-Université Grenoble Alpes (UGA)

Citation

Jean-François Guilhaudis, « Hommage à Paul Tavernier », PSEI, 2022-02-28. URL : https://shs.hal.science/halshs-03591782