James Perosi-Doughty

Le rôle de la Cour suprême dans les guerres culturelles américaines

Lire ce document Page de ce document
Résumé :
International audience
Proponents of the theory of judicial supremacy argue that the Supreme Court is the ultimate authority on the American Constitution. This legal philosophy, stemming from the belief that the judicial branch, being composed of legal experts, is therefore the best to comprehend and interpret the "true" sense of the Constitution. Adhering to this judicial conception, any decision rendered by the Supreme Court would thus, theoretically be the final word on a given subject. However, controversial court cases, such as those dealing with abortion, religious freedom, or same-sex marriage disprove this theory as the decisions given by the Court have not led to any sort of resolution of these polemical issues. Instead, these decisions have actually sparked strong movements amongst the public such as right to life movements or through governmental actions such as religious freedom bills. This article will look at these reactions, and the role that the Supreme Court had in creating them as elements in the American culture wars. What will be shown is that in spite of the prominence or defense of judicial supremacy, the Supreme Court rarely has the last word. However, these culture wars are not proof of a dysfunctional system. Instead, they are proof of a continuing discourse necessary to a functioning democracy.
Selon le principe de séparation des pouvoirs, chaque branche du gouvernement possède une responsabilité unique et un rôle spécifique dans le bon fonctionnement de la société. Le législatif crée les lois, l'exécutif les applique et le pouvoir judiciaire les interprète. Ce principe est bel et bien l'idéal-type, et il est nécessaire au bon fonctionnement du gouvernement. Cependant, dès que surgit un débat sur une loi, cette distinction claire entre les trois pouvoirs devient floue et problématique. Dans une telle situation aux États-Unis, c'est le pouvoir judiciaire, et lui seul, qui maîtrise le domaine et qui garde le devoir d'interpréter la loi et, en l'occurrence, la Constitution (Marbury v. Madison). Une fois qu'une décision est rendue par la Cour suprême, le débat sur une problématique donnée est censé être résolu, surtout si, selon la théorie juridique de « judicial supremacy » (la suprématie du pouvoir judiciaire), la Cour suprême est détentrice absolue de l'interprétation de la Constitution. Malgré cette soi-disant expertise unique de la Cour quant à la Constitution, l'histoire démontre qu'une fois rendue, une décision de cette dernière marque rarement la fin du débat ; au contraire, elle est souvent le déclencheur de plusieurs autres polémiques, conduisant à des « guerres culturelles ». Cet éloignement entre la perception et la réalité du rôle de la Cour suprême mérite ainsi cette étude, afin d'analyser les éventuelles causes de ce fossé. Alors que d'autres travaux sur la Cour suprême se concentrent sur des analyses juridiques de droit naturel, de jurisprudence, ou de compétence de la Cour, cet article portera plutôt sur l'influence de la Cour non seulement sur les politiques et le peuple américains, mais aussi sur l'évolution en société de ces derniers en fonction des décisions rendues par la Cour. Autrement dit, nous postulons que les réactions du public et d'autres acteurs gouvernementaux vis-à-vis des décisions rendues en termes de réponses réelles (soit en passant des lois, soit en
Keywords : Culture Wars, Democracy, Federalist Papers, Judicial Activism, Judicial Restraint, Judicial Supremacy, Supreme Court
Document Type : Journal articles

Citation

James Perosi-Doughty, « Le rôle de la Cour suprême dans les guerres culturelles américaines », paru dans Cycnos, Volume 32.2- Les guerres culturelles aux États-Unis. URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03152223